allbirthdaycanadianacommemorativegiftholidayslunarmoins_de_50MONEY BACKGUARANTEE100%REMBOURSEMENT GARANTI100%newbornpopsportssubssubssubssubssubssubssubssubssubssubstraditionalunder_50wedding
Les retours sont GRATUITS (Canada seulement)

Redécouvrez l’histoire grâce à trois pièces qui rendent honneur à la mère de la confédération

La collection 2019 célèbre le 200e anniversaire de naissance de la reine Victoria

Née le 24 mai 1819, la reine Victoria, menée par l’énergie de la jeunesse, son long règne et un vif intérêt pour les affaires coloniales, a redéfini la monarchie et l’expansion des colonies britanniques et a lancé bon nombre de nouvelles traditions qui perdurent encore aujourd’hui.

Deux siècles après la naissance de la souveraine, l’influence de son règne demeure visible dans plusieurs parties du monde, dont au Canada, où elle est affectueusement surnommée « Mère de la Confédération » en raison de son fervent appui à la Confédération canadienne. Elle a laissé sa trace dans l’architecture et la décoration, dans les noms de lieux qui contiennent Queen, Reine, Regina, Empress, Impératrice ou Victoria, et dans les traditions, comme le port de robes blanches par les jeunes mariées. On lui rend également hommage chaque année à la fin mai, à l’occasion de la fête de Victoria (fête de la Reine).

Un regard vers le passé pour célébrer le présent

Pour le personnel de la Monnaie royale canadienne, la célébration de l’histoire canadienne et la mise en valeur de notre riche patrimoine national est une véritable passion. S’inspirant de ses recherches sur l’histoire de la reine Victoria, l’équipe de développement des produits de la Monnaie a fait resurgir des trésors du passé, sous la forme de trois nouvelles pièces, pour souligner le 200e anniversaire de naissance de cette souveraine.

PREMIER TRÉSOR : Le PREMIER timbre commémoratif du canada

Au fil des ans, la Monnaie royale canadienne a émis plusieurs pièces célébrant l’histoire de la poste canadienne, mais aucune d’entre elles ne commémorait la vie de la reine Victoria… jusqu’à maintenant! Yudi Harsono, chef de produits à la Monnaie, explique comment l’équipe a choisi le timbre commémoratif de la série du jubilé de 1897 : « Au départ, la liste de produits prévus pour le 200e anniversaire de naissance de la reine  ne comprenait pas de pièce en forme de timbre, mais l’histoire de celui-ci était trop riche pour qu’on passe à côté. Il fallait l’inclure dans la collection. »

Le timbre du jubilé de 1897, que de nombreux collectionneurs canadiens considèrent comme le premier timbre commémoratif du Dominion du Canada, témoigne de la popularité de la reine auprès de la population canadienne : il s’est écoulé très rapidement après son émission en 1897.

La pièce de 50 cents en argent fin 2019 reproduit le bleu royal profond qui a d’abord attiré l’attention de l’équipe de la Monnaie, et des lignes horizontales gravées rappellent celles produites par l’impression en creux. La tranche est même dentelée, ce qui concède à la pièce l’allure d’un véritable timbre-poste.

© Société canadienne des postes. Utilisé sous licence.

DEUXIÈME TRÉSOR : un mariage de deux images historiques

Matt Eggink, un autre chef de produits de la Monnaie, a collaboré avec la National Portrait Gallery de Londres pour préparer le deuxième hommage à la reine Victoria. « On voulait montrer une image du couronnement de la reine à l’abbaye de Westminster, explique-t-il. L’intérieur du bâtiment est absolument grandiose, et je savais que la taille de cette pièce de 5 oz nous permettrait de bien mettre en valeur sa splendeur. »

Il a ensuite fallu trouver une image qui représentait bien la reine Victoria dans l’abbaye, défi qui a fait germer l’idée de combiner deux œuvres de la National Portrait Gallery.

M. Eggink a choisi deux images officiellement autorisées par ce musée : un dessin de l’abbaye de Westminster par Wenceslaus Hollar comme arrière-plan gravé, et un célèbre portrait officiel de la reine lors de son couronnement.

« Fait intéressant, ajoute M. Eggink, le portrait dont cette nouvelle pièce s’inspire est à la fois une réplique et une œuvre originale du même artiste, sir George Hayter. »

Selon les archives de la National Portrait Gallery, M. Hayter a peint le portrait du couronnement de la reine Victoria en 1838, mais il a conservé la toile grandeur nature pour en faire des copies. Le portrait qui se trouve sur la pièce est une version réduite d’une reproduction peinte par l’artiste en 1863, qui a été offerte au musée par la reine Victoria elle-même en 1900.

Le résultat final sur la pièce de 50 $ en argent fin 2019, où la souveraine en couleurs se superpose aux piliers de l’abbaye, souligne magnifiquement le bicentenaire de naissance de Sa Majesté la reine Victoria (1819-1901).

© National Portrait Gallery de Londres

TROISIÈME TRÉSOR : un nouveau portrait digne d’une effigie

Pour la plupart des Canadiens, c’est la reine Elizabeth II qui est associée aux pièces de monnaie, mais l’effigie de la reine Victoria a figuré sur les espèces du pays pendant 63 ans.

« J’ai été frappé par ce portrait de la reine Victoria quand je l’ai découvert dans la base de données de Bibliothèque et Archives Canada », se remémore M. Eggink. À mesure que ses recherches avançaient pour la pièce 2019 sur la reine Victoria, il repensait toujours au portrait de la jeune souveraine sans couronne. « Je n’arrêtais pas de me dire que cette portrait aurait été incroyable sur une pièce. J’ai donc décidé que c’était l’occasion idéale pour enfin la graver sur une pièce canadienne. »

L’original du portrait (v. 1842-1850) a été dessiné par R. J. Lane. Respirant l’élégance classique de l’ère victorienne, il est entouré d’un motif répétitif caractéristique de l’époque.

Les graveurs se sont inspirés de la guirlande d’origine et l’ont réinterprétée pour cette nouvelle pièce de 10 $ en or pur 2019, en lui ajoutant des feuilles d’érable qui donnent à cette célébration du bicentenaire de la reine Victoria une touche résolument canadienne.

Source : Bibliothèque et Archives Canada

  • SHARE :

Le nom de la baie Nootka : un héritage du capitaine Cook

Le nom de la baie Nootka : un héritage du capitaine Cook

Le nom du capitaine James Cook (1728 1779) pourrait évoquer chez la plupart un grand explorateur qui a navigué dans le détroit de Béring et jeté l’ancre à Hawaï et à qui on doit la première incursion européenne documentée en Australie. D’origine britannique, le navigateur a cartographié plus de terres inconnues que tous ses contemporains.

Une pièce à l’effigie du prince Harry et de Mme Meghan Markle encourage la cause de la santé mentale

Une pièce à l’effigie du prince Harry et de Mme Meghan Markle encourage la cause de la santé mentale

Plus récemment, des citoyens, des membres de la famille royale et même des entreprises ont mis la santé mentale au premier plan. Ce sujet de discussion est de moins en moins tabou, et pour cause!

Une héroïne qui s’est battue pour les droits de la personne au Canada

Une héroïne qui s’est battue pour les droits de la personne au Canada

Découvrez l’incomparable Viola Desmond. En ces débuts du Mois de l’histoire des Noirs 2019, cette pièce rend hommage à Viola Desmond (1914-1965), une Afro-Canadienne née à Halifax, en Nouvelle-Écosse, qui a joué un rôle crucial dans la lutte pour les droits de la personne dans les années 1940. Le 8 novembre 1946, Viola Desmond est expulsée d’une salle de cinéma parce qu’elle refuse de quitter son siège dans la section réservée aux Blancs. Elle est arrêtée, reçoit une amende de 26 $ (l’équivalent d’environ 300 $ de nos jours) et passe une nuit en prison.